Rien n’a-t-il changé en 75 ans ?

« Si les gens d’aujourd’hui ne se sont pas convaincus du caractère fâcheux d’un système qui les a conduits de crise en crack, de faillite en révolte, de révolution en conflagration, qui gâte la paix, la rend affairée et soucieuse, qui fait de la guerre un cataclysme universel, presque aussi désastreux pour les vainqueurs que pour les vaincus, qui ôte son sens à la vie et sa valeur à l’effort, qui consomme l’enlaidissement du monde et l’abrutissement du peuple; si les gens d’aujourd’hui accusent n’importe qui des grands maux qui les accablent et en attribuent la cause à n’importe quoi plutôt qu’au développement de la machine, c’est qu’il n’est pas de sourd mieux  bouché que celui qui ne veut rien entendre.Il faut que la puérile admiration pour les brillants jouets qui les amusent; il faut que l’exaltation fanatique pour l’idole qu’ils se sont forgée et à laquelle ils sont prêts à sacrifier leurs enfants, leur ait tourné la tête et fermé les yeux à l’évidence pour qu’ils continuent d’espérer du progrès indéfini de la machine l’avènement de l’âge d’or. »

Continuer la lecture de Rien n’a-t-il changé en 75 ans ?

La Chine est-elle un modèle viable pour les pays émergents ?

Dans un article publié le 18 septembre 2014, dans le Wall Street Journal et intitulé « For Poor Countries, China Is No Model – State-centered growth may seem like an answer to popular unrest, but the long-term costs are too high » Dambisa Moyo attire l’attention sur les risques que font courir pour l’ensemble du Monde les politiques protectionnistes et le renforcement de l’autoritarisme de certains pays émergents, politiques mises en place pour répondre à court terme aux désordres naissants de l’économie et et de la politique. Le modèle de la Chine n’est pas aussi reproductible qu’on voudrait le penser. Les effets se font déjà sentir sur le commerce mondial des marchandises et des capitaux.

Continuer la lecture de La Chine est-elle un modèle viable pour les pays émergents ?