Objectif 2 : Consolider le réseau, la gouvernance et les outils de financement des acteurs de l’ESS
Objectif 2 : Consolider le réseau, la gouvernance et les outils de financement des acteurs de l’ESS

Cinq sous-objectifs pour l’objectif 2 portant à la fois sur la gouvernance nationale de l’ESS, sa structuration et son financement par la subvention et d’autres ressources.

1. Reconnaissance législative des institutions représentatives de l’ESS

La création d’une instance nationale de représentation qui fédère toutes les organisations statutaires nationales ainsi que les entrepreneurs sociaux permettra de mieux représenter l’ESS auprès des pouvoirs publics nationaux et facilitera la construction d’une politique de partenariat.

2. Structuration du réseau des CRESS et du CNCRESS

La loi structure le réseau des chambres régionales de l’ESS (CRESS) afin d’assurer la coordination territoriale de l’ESS, sous la direction du Conseil national des Chambres régionales de l’ESS (CNCRESS). La loi doit leur permettre, au regard des missions qu’elle lui confie, d’être plus homogènes dans leur organisation, leurs moyens et leur ancrage local auprès des pouvoirs publics locaux.

3. Instauration d’un guide des bonnes pratiques

La loi rend obligatoire l’information annuelle des salariés et des associés de l’entreprise de l’ESS sur notamment la politique salariale, l’exemplarité sociale, la « territorialisation » de l’activité et la concertation dans la stratégie de l’entreprise. Un guide des bonnes pratiques élaboré avec les acteurs permettra de détailler les axes sur lesquels l’entreprise de l’ESS devra améliorer son exemplarité sociale.

4. Définition de la subvention

La loi clarifie le régime juridique de la subvention. Il s’agit de sécuriser les financements accordés aux associations notamment par les collectivités territoriales. Celles-ci souffrent de l’imprécision du cadre juridique de la subvention et préfèrent recourir aux appels d’offres, plus sécurisés sur le plan juridique, ce qui nuit à l’initiative des associations.

5. Renforcement du financement des associations, des fondations et des mutuelles par des instruments financiers adaptés

La loi met en œuvre une palette de financements divers pour les acteurs de l’ESS afin de créer des alternatives au prêt bancaire et assurer leur développement : amélioration de l’attractivité des titres associatifs, création des certificats mutualistes et paritaires, etc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s